top of page
  • Photo du rédacteurFerdinand

Le mode avion - Laurent Nunez


Le 12 Janvier, 21 heure et demi (Pied de nez à la Précision chrono-linguistique).


J’ai quitté les turbulences de La promesse de l’aube il y a juste trois jours, et j’embarque ce soir, dans Le mode avion. Je saute de l’un à l’autre sans transition, dans la plus grande innocence, loin d’imaginer le lien évident qui relie ces deux vols. Leurs protagonistes, Gary dans le premier, Choulier et Meinhof dans le second, gonflés du même orgueil, celui de marquer le monde de leur empreinte, – jusque-là rien de très original – traversent tous trois la seconde guerre mondiale mais d'une manière radicalement différente. Le premier est pilote d’avion, les seconds sont en mode avion. Tandis que Gary déploie toute son énergie pour être au cœur de la guerre, héroïque combattant de la Nation, Choulier et Meinhof, linguistes ermites, ne s'aperçoivent même pas que l’horreur passe autour d'eux, ils la découvrent seulement après coup.


« C’est ainsi : loin du monde, on s’imagine toujours que le monde existe, qu’il s’y passe plein de drames, mille péripéties qu’on rate injustement… Et d’un doigt déjà nerveux, comme au bord d’une asphyxie mentale, dès lors que plus rien de se respire de l’air du temps, on s’empresse de rétablir la connexion… »

Quelle drôle d'idée tout de même, ce Mode avion. Comment une telle idée a bien pu surgir dans l'esprit de Laurent Nunez ? Je veux dire, l'idée de se demander d'où viennent les idées. Les bonnes et les mauvaises, les petites et les grandes, surtout les idées de génie. Qui nous les souffle ? Dieu, le hasard, les deux ? Quelles sont les conditions qui les font naitre ? Le travail acharné, l’ennui, l’ivresse ? Et comment est-ce qu’elles se manifestent ? Par une étincelle, un frisson, une évidence ? Car c'est un peu ça, l'idée du livre, ces deux linguistes déconnectés du monde qui se grattent la tête toute la journée pour trouver une idée géniale. Une seule. L'idée sublime qui les élèvera au rang supérieur de l'humanité au côté des illustres Pasteur, Spinoza, Aristote…


« Et c’était ce désir-là qui l’inquiétait, parce que Meinhof savait qu’on ne pouvait jamais grand-chose contre ça – contre le désir non pas de réussir, mais de montrer qu’on a réussi. »

Le programme est réjouissant, je m'empresse de lire la suite pour savoir comment chercher les idées – et accessoirement, les trouver. Parce que des trouvailles, moi j'en fais tous les jours, ce n'est pas ma femme qui vous dira le contraire - « Pff, avec toi c’est un jour un projet… » - mais une idée puissante, nouvelle, révolutionnaire, ça, pas encore. Ou alors je ne l’ai pas vu passer. C'est vrai, de nos jours, qui, ne s'est jamais demandé s'il ne pouvait pas trouver l'idée avec un grand I qui changerait sa vie ? Un destin à la Mark Zuckerberg, à la Jeff Bezos, ou autres milliardaires qui ont cru en leur idée et l’ont mise sur pied dans leur garage ou leur chambre d’étudiant. Moi, je ne peux pas dire que je n’ai pas cherché. Sur un malentendu, ça pouvait bien passer. En fait, c’est la motivation qui est passée. Et après coup je me suis dit que c’était peut-être pas une bonne idée pour moi, de trouver ce genre d’idée, ça doit filer pas mal d’emmerdes, et moi ce que j’aime par-dessus tout, c’est être peinard, posé, seul, coupé du monde, avec un bouquin comme celui-là dans les mains, en mode avion.


 

LE MODE AVION - Laurent Nunez

Editions Actes Sud - Août 2021

Roman

Quatrième de couverture :


"Choulier et Meinhof étaient de jeunes professeurs de grammaire, discrets, charmants, ambitieux et doués : mais par-delà le goût de l’apprentissage, la volupté de l’étude, la passion de la transmission, tous ces beaux et nobles sentiments dont leurs proches les félicitaient – et qu’ils ne ressentaient vraisemblablement pas –, ils auraient aimé découvrir quelque chose, apposer leurs deux noms sur un nouveau continent mental, déterrer un trésor philologique, construire un beau système philosophique, présenter au monde, enfin !, une théorie incroyablement neuve." LN

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page