top of page
  • Photo du rédacteurFerdinand

L'amour -François Bégaudeau



A Cholet, le 8 Septembre 2023,


Un vendredi soir de coupe du monde de rugby. L'amour m'a tendu les bras et la fête de l'ovalie n'a pas fait le poids.


Comme le temps passe vite, se dit-on toujours lorsqu'on regarde derrière soi. Sensation vertigineuse, d'autant plus angoissante, qu'elle s'intensifie, paraît-il, en vieillissant.



" Il y a des choses comme ça, plus on en sait, plus c'est mystérieux."

Une vie, ça file à cent à l'heure. C'est exactement ce que j'ai ressenti en refermant ce livre. Cinquante ans d'amour en à peine plus de pages, c'est court et long à la fois. Cette histoire d'amour tout à fait commune, celle de Jeanne et Jacques, qui se joue en outre, dans des lieux qui me sont familiers, là où "le climat et les gens sont tempérés", pourrait tout autant être celle de mes parents, de mes grands-parents, ou de mes voisins d'en face.


Cette vie, elle tient en quelques pages qu'on tourne comme on parcourt avec mélancolie un album de photos de famille. Quelques images des moments importants, un week-end en amoureux, un mariage, une naissance, un baptême, une nouvelle maison, un anniversaire, et à chaque page les enfants sont plus grands, on vieillit, l'époque change, la lumière, la musique, les tenues, les lignes des voitures. Le temps défile. C'est triste et agréable à la fois.

"Les téléphones sont à touches, les bouteilles en plastique, les mouchoirs en papier, les têtes d'hommes nues, les machines à coudre envolées, le papier peint suranné, les baguettes tradition, les wagons non-fumeurs, les shorts de foot longs, et Jeanne et Jacques préfèrent le plus souvent lambiner pieds nus sur la moquette qu'ils ont choisie épaisse et vert d'eau."

Le temps d'un bon film, à peine deux heures de lecture - format rare pour un livre - on parcourt toute une vie. Et sans qu'il ne s'y passe vraiment grand chose, les scènes s'enchaînent sans longueur, sans fioriture, c'est rythmé, c'est vivant. On aime qu'un bon livre dure pour rester avec ses personnages, mais en réalité, on reconnaît qu'un livre est bon quand ce sont ses personnages qui restent avec nous.


Le lendemain au réveil, ma première pensée était justement pour Jeanne et Jacques. Je sentais leur présence flotter autour de mon âme dans un parfum de nostalgie, comme un couple que j'aurais fréquenté pour de vrai et dont le souvenir me pincerait toujours un peu le cœur. Finalement, mon téléphone reprit rapidement ses droits sur ma pensée en m'informant de la glorieuse victoire des bleus contre les blacks. Réconforté, je pouvais tourner la page.


 

L'AMOUR - François Bégaudeau

Roman - 96 pages

Editions Verticales - 2023

Quatrième de couverture :


" J’ai voulu raconter l’amour tel qu’il est vécu la plupart du temps par la plupart des gens : sans crise ni événement. Au gré de la vie qui passe, des printemps qui reviennent et repartent. Dans la mélancolie des choses. Il est nulle part et partout, il est dans le temps même.

Les Moreau vont vivre cinquante ans côte à côte, en compagnie l’un de l’autre. C’est le bon mot : elle est sa compagne, il est son compagnon. Seule la mort les séparera, et encore ce n’est pas sûr. "

F. B.

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page